AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nothing lasts forever __Lust WELLES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lust Welles
BURNING FIRE __« Well it's the hurt you hide that fuels the fires inside you. »
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 28
Localisation : Office
Occupation : Publiciste
Humeur : Lunatic
Date d'inscription : 22/12/2008

Dark side of the moon
Special Ability: Télékinésie
Nervus/Tenuis: La colère / Le plomb
Public Relations:

MessageSujet: Nothing lasts forever __Lust WELLES   Lun 29 Déc - 15:10

Lust WELLES


    NEVER BE THE SAME


Nom : Welles, comme Orson.
Prénoms : Lust, Amanda
Âge : 26 ans, la jeune femme se rapproche de plus en plus, et avec angoisse, de la trentaine.
Date et Lieu de naissance : Elle est née au mois de Novembre, un 21 plus précisément, et dans la banlieue de Chicago.
Occupations : Après des études conjuguées de Marketing et d'Arts appliqués, elle est devenue Publiciste, un emploi qui conjugue à merveille ces deux disciplines.

    THE BLOOD IN YOUR VEINS


Capacité paranormale : Télékinésie. Lust ne le sait pas encore, mais elle a la capacité de faire bouger des objets dans l'espace par sa seule pensée.
Nervus : La colère. Les pouvoirs de la jeune femme sont décuplés dès qu'elle ressent ce sentiment. Etant plutôt du genre sur tension, elle a tendance à s'enflammer très vite et ses colères sont redoutables. Elle a effrayé déjà plusieurs de ses jeunes assistantes en leur hurlant dessus pour un petit détail, et cela s'était toujours accompagné de portes qui claquent en même temps ou d'objets qui se mettent à vibrer (ce qui a toujours eu l'air de fausses impressions ou de hasards pour les victimes). Quant à Lust, elle ne s'en est jamais réellement rendue compte.
Tenius : Le plomb. Si Lust est en présence de plomb (les faibles quantités n'ont plus guère d'effet sur elle, elle en a cotôyé toute sa vie dans les peintures et les jouets pour enfants par exemple), elle ressent comme un serrement au niveau de son coeur qui se met à battre plus vite. Elle est ensuite victime de quelques suées et respire avec difficulté, comme quelqu'un qui serait atteint d'une fièvre. Le contact du plomb sur sa peau en revanche, cause des brûlures comme si elle était touchée par du fer rouge.

    TELL ME WHO YOU ARE


» Cinq choses importantes à savoir :
• Lust est plutôt du genre anxieuse, pressée, qui tente de faire mille choses à la fois et qui par conséquent, énerve ses proches avec son boulot alors que ses collègues admirent son côté battante et déterminée. Mais pour que tout cela tourne rond, elle est obligée de carburer aux caffelatte plusieurs fois par jour (pour l'énergie) et aux pauses cigarettes (pour se calmer). Elle dépense donc une fortune dans ces deux produits (au moins autant que pour sa garde-robe ou ses factures de téléphone).
• La jeune femme est plutôt du genre saine. Elle se nourrit presque exclusivement de sushis et pratique les pilates deux fois par semaine. Elle consomme aussi beaucoup de fruits et des smoothies vitaminés qu'elle se prépare elle-même dans son magnifique appartement sur la baie de Boston. Mais en fait, elle ne prête pas une réelle attention à son mode de vie - tout le luxe qui l'entoure est maintenant devenu son quotidien alors qu'elle n'a pas vécu toute sa vie dans une telle opulence. Mais son emploi est ingrat et au lieu d'admettre que son couple traverse une crise, elle s'est réfugiée dans son travail et est devenue en quelque sorte aveugle à propos de certains points.
• En effet, malgré son relatif jeune âge, Lust est mariée depuis deux ans avec un avocat qui est devenu aussi célèbre dans son milieu qu'elle et qui a connu à peu près la même fulgurante ascension professionelle et sociale. Ils pourraient avoir l'air du couple parfait mais ils se sont progressivement éloignés l'un de l'autre si bien que maintenant ils ne dînent ensemble qu'une ou deux fois par semaine. Le mari de Lust s'absente et découche très souvent ce qui fait qu'elle le soupçonne d'avoir une liaison extra-conjugale. Néanmoins, elle ne sait pas réellement quoi faire. Un divorce n'est pas forcément la meilleure chose pour booster sa carrière.
• La meilleure amie de Lust est son total opposé. Randall Lewis aime le yoga, avoir du temps pour elle, vit une relation amoureuse parfaite, bref, elle mène la vie dont Lust rêve secrètement mais qu'elle n'avouera jamais. Les deux filles se connaissent depuis l'enfance et se sont vues grandir et changer, si bien qu'elles se connaissent par coeur et connaissent leurs réelles envies dans la vie.
• Certains considèrent que c'est une grosse plaie. D'autre que c'est justement ce qui peut apaiser le rythme de vie effrené de Lust. D'autres ne le voit même pas. Il s'agit de Cicero, le gros chat roux à la limite de l'obésité que possède Lust. De mauvaises langues vous diront qu'il ressemble plus à une déjection bovine qu'à un félin, Lust les envoie gentiment balader en disant que son chat était un roi de la jungle dans une autre vie. Mais à voir avec quel plaisir il se jette sur les sushis dont elle ne veut plus, on peut en douter...

_________________

    Well I looked my demons in the eye
    Laid bare my chest said do your best destroy me
    See I've been to hell and back so many times
    I must admit you kinda bore me
    Ray LaMontagne - Empty


Dernière édition par Lust Welles le Ven 2 Jan - 20:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune
Lust Welles
BURNING FIRE __« Well it's the hurt you hide that fuels the fires inside you. »
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 28
Localisation : Office
Occupation : Publiciste
Humeur : Lunatic
Date d'inscription : 22/12/2008

Dark side of the moon
Special Ability: Télékinésie
Nervus/Tenuis: La colère / Le plomb
Public Relations:

MessageSujet: Re: Nothing lasts forever __Lust WELLES   Mer 31 Déc - 21:14

    AS THE WORLD FALLS DOWN


Histoire :

    « Sincèrement, Randie, tu es bien d'accord, c'est juste une passade ? D'ici quelques jours ce sera réglé, et tout reprendra comme avant ? Ça a toujours été comme ça, je vois pas pourquoi ça changerait cette fois... »
    Lust se leva pour la énième fois du canapé et fit quelques pas sur le tapis qui couvrait le sol du salon de sa meilleure amie chez qui elle était allée se réfugier juste après son travail. C'était l'hiver, alors il faisait déjà nuit, et les deux jeunes femmes n'étaient éclairées que par les bougies qu'elles avaient allumées au début de leur conversation, lorsque la lumière était encore relativement claire.
    Elle se retourna finalement, les bras croisés sur sa poitrine, plus pour cacher son désarroi que pour se réchauffer.
    « Le truc, Lust, c'est que tu lui passes toutes ses passades. »
    Randall posa son regard franc mais toutefois rassurant sur Lust – c'était d'ailleurs la seule personne qui la regardait comme ça, avec cette espèce de dureté qui pourtant ne la culpabilisait pas, parce que Lust savait très bien qu'elle ne pouvait jouer aux jeux des masques avec sa meilleure amie. Randall était la seule qui pouvait la juger avec justesse, et elle n'acceptait de verdict que d'elle. Celui-ci était tranchant.
    « Je sais Randall, confessa-t-elle en laissant ses bras soudain tomber le long de son corps, je sais. »
    Elle se rassit sur le bord du canapé et pencha son visage en avant.
    « Mais qu'est-ce que je vais faire ? »
    Sa question fut accueillie par le silence de Randall.
    « Je ne peux pas le quitter, parce que... »
    « Enfin, cesse de te mentir à toi-même Lust, tu ne l'aimes plus, et depuis longtemps. » Randall, comme pour adoucir ses paroles, vint entourer ses épaules de son bras, et glissa sur le canapé pour se rapprocher d'elle. « Ça aussi, tu le sais, et tu n'as pas besoin de moi pour te le dire... » ajouta-t-elle presque dans un murmure.
    « De toi et de ton troisième oeil... » dit Lust dans un mince sourire.
    Randall baissa les yeux à son tour et le silence s'installa entre elles. Le chat de Lust vint se frotter à leurs chevilles et elle le souleva pour le poser sur ses genoux.
    « Tu as raison. » Malgré cela elle n'était toujours pas détendue et alors elle se mit à mordiller distraitement les ongles de sa main gauche. « Tu as raison, » reprit-elle avec plus de conviction en laissant tomber sa main sur le dos rond de son chat, « je dois le quitter. »
    Randall approuva d'un sourire.
    « Je sais pas comment tu fais avec ton homme, » Lust se tourna vers sa meilleure amie et lui sourit, « vous n'avez jamais de problèmes. »
    Randall sourit encore. C'est ça, ils n'avaient jamais de problèmes.





    « Merci monsieur Hopkins. »
    Lust referma d'un geste légèrement déstabilisé le dossier posé devant elle et joignit ses mains dessus.
    « Pour vos honoraires, donc... »
    « Par chèque s'il vous plaît. »
    « Nous avions bien convenu de 450$, c'est cela ? »
    « Oui. »
    « Voilà. »
    La jeune femme arracha le chèque de son carnet et le fit glisser en direction de l'homme assis de l'autre côté de son bureau. L'individu le saisit et le rangea dans la poche intérieure de son manteau long sans y prêter attention. Il avait l'habitude de ce genre de situation : il était temps pour lui de disparaître. Il salua d'un signe de tête sa cliente, se leva et prit le chemin de la porte.
    « Bonne journée madame. »
    Avec lenteur il ajusta son chapeau, et quitta la pièce, avec autant de discrétion que lorsqu'il avait traversé tout l'étage sans que personne ne le remarque.

    Lust se leva à son tour, contourna son bureau, et vint tourner le loquet de sa porte. Légèrement fébrile, elle ouvrit alors le dossier et lut la première page qui se présentait à elle.

    « Lundi 12. 13h20. Quitte hôtel. 13h25. Jeune femme sort à son tour.
    Mercredi 17h45. Entre dans café en compagnie jeune femme. Sortent à 18h35. Montent en voiture ensemble.
    Jeudi 10h20. Jeune femme entre dans bureaux. 10h32. Jeune femme et monsieur sortent ensemble, prennent taxi. »

    Elle laissa tomber le feuillet sur son bureau et prit le premier cliché. Il vint rejoindre le descriptif sur le bureau alors qu'elle regardait le second. Après cinq photos, elle jeta rageusement l'ensemble du dossier dans la corbeille et s'appuya sur son bureau, les poings serrés devant elle. Les sourcils froncés, sa respiration lourde soulevant son buste, elle se mordait les joues. Le lourd bureau en verre et armature de métal se mit à trembler alors qu'elle se tendait chaque seconde un peu plus, entièrement soumise aux flammes de sa colère. La petite reproduction en plâtre d'une statue contemporaine vint s'écraser avec grands fracas au sol.
    Lust releva soudainement les yeux alors qu'elle s'aperçut que l'on venait de frapper à la porte.

    « Madame Welles ? Madame Welles, tout va bien ? Nous avons entendu un bruit bizarre ! »
    Lust serra les mâchoires et les poings et inspira profondément.
    « Madame Welles ? »
    « Oui, ça va ! » hurla-t-elle avec animosité. Elle se passa la main sur le visage, et soupira. « Oui, tout va bien Jeanie, » dit-elle cette fois avec plus de calme.
    Son regard croisa les débris de la statuette et l'étonnement alluma ses yeux l'espace de quelques dixième de seconde durant lesquels une impression de déjà-vu s'imprima dans son esprit. Merde, elle n'était pas folle.

    Rapidement, elle prit son manteau et son sac, et sans même prendre le temps de s'habiller, elle ouvrit la porte de son bureau pour se retrouver face à face avec son assistante Jeanie.
    « Annulez tout pour aujourd'hui, dites que j'ai une grippe, je m'en fous. »
    Elle traversa l'étage d'un pas décidé et appela l'ascenseur. De nouveau la colère bouillait dans ses tripes alors qu'elle revoyait les photos de son mari avec cette femme rousse. D'habitude les hommes trompaient leur femme avec des plus jeunes ; cette fois c'était avec une plus âgée. Mais en plus de revoir les photos, elle les imaginait. Ensemble en train de boire un café, ou de manger dans ce restaurant qu'elle aimait tant, en train de faire l'amour dans cette chambre d'hôtel à deux balles au lieu d'aller déjeuner. Salopards.

    Elle courut pour sauter dans le premier taxi venu. Quelques minutes après il la laissait devant l'hôtel en question. Normalement, il devait en sortir bientôt, cinq minutes avant sa poule. Lust s'engouffra dans le hall du bâtiment et elle le vit, sortant de l'ascenseur, ajustant sa cravate. Bien sûr, il la repéra immédiatement, et passée la stupéfaction sur son visage, il se recomposa un visage avenant, avec un sourire qu'il n'avait plus eu auprès d'elle depuis des semaines.

    « Chérie, mais, qu'est-ce que tu fais là ? »
    « Espèce de connard ! » siffla-t-elle en marchant dans sa direction, « espèce de gros porc ! »
    Les mains en porte-à-faux, il regarda autour de lui pour compter le nombre de personnes dont elle avait attiré l'attention;
    « Chérie, attend, doucement, tu veux pas qu'on aille dans un endroit plus discret ? »
    « Salopard ! » elle arriva à son niveau, « tu croyais que je ne m'en apercevrais pas ? Que je ne me douterais de rien en te voyant rentrer plus tard que d'habitude ? Que je ne remarquerais pas le parfum de pétasse sur tes vêtements ? »
    « Lust, ça suffit. » fit-il plus sèchement.
    « Quoi ? T'as peur de ce que les gens vont penser de toi ? Mais ils ont raison, t'es qu'une pourriture ! Tu m'as menée en bateau, t'en as rien à foutre de moi ! »

    Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent et une femme rousse en sortit. Lorsqu'elle vit Lust à côté de son mari, elle voulut faire demi-tour mais les portes s'étaient déjà refermées.

    « Ah la voilà ! » s'écria alors Lust, « la voilà ta putain ! »
    Edward attrapa Lust par les bras et tenta de l'immobiliser alors qu'elle essayait de courir vers elle.
    « Elle s'appelle Constance. »
    « C'est bien un nom de vieille, parce qu'elle est bien plus âgée que toi, hein ? »
    « Lust... nous avons un problème, Constance n'est pas en cause là-dedans. »
    « Bien sûr qu'on a un problème, Edward ! C'est toi le problème ! On avait un mariage parfait et il a fallut que tu mettes tout en pièce en allant sauter la première femme venue ! »
    Edward lâcha sa femme et se passa la main sur le visage. Lust serra la mâchoire et lança un regard haineux à Constance.

    « Je ferai envoyer toutes tes affaires à ton bureau. Ne t'avise pas de remettre les pieds à la maison, » dit-elle sur un ton que l'on sentait contrôlé.
    Elle tourna les talons et courut presque vers la porte qui se mit à tourner de plus en plus vite à mesure qu'elle s'en approchait. Finalement elle poussa une porte battante latérale qu'elle claqua, et avec la force conjuguée de son pouvoir naissant, décuplée par sa rage, le verre éclata.



    THE SECRET YOU'LL NEVER TELL


Avatar Leighton Meester, normal j'ai envie de dire
Pseudo : Albertine Birdie
Comment avez-vous connu le forum : J'ai eu un appel ligne rouge de Largo Winch.
Commentaires ? Ouais, bon, bof, ça va quoi, c'est pas World Disney, hein.

_________________

    Well I looked my demons in the eye
    Laid bare my chest said do your best destroy me
    See I've been to hell and back so many times
    I must admit you kinda bore me
    Ray LaMontagne - Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune
Lust Welles
BURNING FIRE __« Well it's the hurt you hide that fuels the fires inside you. »
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 28
Localisation : Office
Occupation : Publiciste
Humeur : Lunatic
Date d'inscription : 22/12/2008

Dark side of the moon
Special Ability: Télékinésie
Nervus/Tenuis: La colère / Le plomb
Public Relations:

MessageSujet: Re: Nothing lasts forever __Lust WELLES   Ven 2 Jan - 20:33

Bon allez, on joue quand ?

_________________

    Well I looked my demons in the eye
    Laid bare my chest said do your best destroy me
    See I've been to hell and back so many times
    I must admit you kinda bore me
    Ray LaMontagne - Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune
West Eccleston

avatar

Nombre de messages : 39
Age : 25
Humeur : sleepy;
Date d'inscription : 29/12/2008

Dark side of the moon
Special Ability: Pyrokinésie
Nervus/Tenuis:
Public Relations:

MessageSujet: Re: Nothing lasts forever __Lust WELLES   Sam 3 Jan - 0:51



T'AS PRIS LEIGHTOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://licence-to-kill.forumactif.org
Lust Welles
BURNING FIRE __« Well it's the hurt you hide that fuels the fires inside you. »
avatar

Nombre de messages : 142
Age : 28
Localisation : Office
Occupation : Publiciste
Humeur : Lunatic
Date d'inscription : 22/12/2008

Dark side of the moon
Special Ability: Télékinésie
Nervus/Tenuis: La colère / Le plomb
Public Relations:

MessageSujet: Re: Nothing lasts forever __Lust WELLES   Sam 3 Jan - 14:09

Pas pu résister XD

_________________

    Well I looked my demons in the eye
    Laid bare my chest said do your best destroy me
    See I've been to hell and back so many times
    I must admit you kinda bore me
    Ray LaMontagne - Empty
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdofjune
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nothing lasts forever __Lust WELLES   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nothing lasts forever __Lust WELLES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fortress Forever
» Duke Nukem Forever
» Duke Nukem Forever, on me voit, on me voit plus...
» Premier aperçu du multi de Duke Nukem Forever par jv.com
» Duke Nukem Forever

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHAOS :: CALL OF DUTY :: BOSTON ID :: LEGAL PAPERS-
Sauter vers: